Second Day

Deuxième jour : Journée africaine des formations professionnelles sur : « La création denégoce des soft commodities d’Afrique » ;« La création de négoce des commodities minières d’Afrique » et « La création de négoce des commodities énergétiques d’Afrique ».

FORMATIONS

No Benefit for the service !!

DOING BUSINESS 2016: THE DIRECTOR GENERAL OF CAFRINTEL SA CALLS FOR A STRATEGIC APPROACH

The Director General of Cafrintel SA, Herman NTCHATCHO made an impassioned call for the adoption of a strategic approach to the identification, differentiation, security, enhancement and promotion of intellectual property (IP) in Africa . It was during an exchange he had with Master students of the Academy of the African Organization for Intellectual Property and in the presence of the CEO Dr. Alain EDOU EDOU this Friday, February 4, 2016 in building headquarters in Yaounde, Cameroon. Senior officials of OAPI also attended the session including the Director of the Academy Eliane POSSO, the Director of Intellectual Property Mr. DOSSO and service of Interim Head of training …. Michel GONONY.
An hour and twenty minutes were enough for the main Ex-Director of the Department for Africa and special projects of the World Intellectual Property Organization (WIPO WIPO or English) would highlight the centrality and importance the innovation ecosystem, the roles of the many stakeholders in public and private research sectors and commerce as well as universities and higher and technical education institutions. He also shed light on the evolution of intellectual property in world trade and mentioned in this regard the success stories of companies such as Alphabet (Google, YouTube, Android), Apple and Microsoft today contributing more than conventional industries called “hard” to the rule of the economy of the United States and their influence through “soft power”. In the cultural industries, he drew a parallel between Hollywood and Nollywood observing that since the statistical recount operated by the Nigerian government in 2014, the industry is considered in the calculation of gross domestic product of the country to which it contributes up about 2%. Mr Hermann urged African NCHATCHO a paradigm shift. “What look do we wear on our wealth? “He asked himself. African countries need to take a different look to the assets and make amends for creativity and adaptability to commercial exploitation in this process. It imperative to consider African traditional knowledge they are related to biodiversity, genetic resources as expressions of folklore to improve, catalog and claim their individual or collective property and ensure their commercial exploitation through pallet IPR that are: patents, industrial designs, trademarks, trade names, geographical indications or other contractual arrangement. In our country, this should be facilitated by the implementation of a concerted strategy and cross between the state, the state entities, the Diaspora, the private sector and ordinary citizens. Did he not have to follow the example of Brazil, which funds research enormously or China who develops a pragmatic approach to IP including in municipalities?

Arnaud Christmas FOSSO

COP 21 : QUELLES RETOMBÉES POUR L’AFRIQUE?

16 milliards $ (dont 14 milliards déjà mobilisés), voilà le montant à l’appui financier des pays africains dans la mise en place de leurs stratégies climatiques, que leur consacrera la Banque mondiale. L’annonce a été faite par Jim Yong Kim, le Président de la banque mondiale dans le cadre de la cop 21 à Paris. Le secteur de l’énergie solaire sera l’une des priorités de l’institution financière qui prévoit d’y consacrer 8 milliards $ d’ici 2024.

Les pays du bassin de Zambèze recevront 3,6 milliards $ pour la réalisation de barrages hydroélectriques, ainsi que des projets d’aménagements hydrauliques. 2,5 milliards $ iront à l’endroit du Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, du Tchad, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali, du Niger et du Nigeria dans le cadre de projets d’irrigations et de lutte contre les inondations. La banque espère dans la foulée, permettre l’électrification de trois millions de personnes.  500 millions $ seront consacrés à la lutte contre la déforestation et à la protection de la biodiversité dans 14 pays. Ces fonds permettront en outre la restauration de 123 millions d’hectares de terres d’ici 2030 . Ces fonds seront-ils suffisants pour  un  continent qui n’émet que  3,8%  des émissions totales de gaz à effet de serre dans le monde; mais subit le plus les effets dévastateurs des changements climatiques?

DOING BUSINESS 2016 : LES PAYS DE L’OHADA AMÉLIORENT LEUR CLIMAT DES AFFAIRES

Selon le rapport Doing Business 2016, l’Ouganda , le Kenya, la Mauritanie, le Benin et le Sénégal ont le plus amélioré le climat des affaires, en mettant en place au moins 3 réformes et en augmentant ainsi leur classement mondial.  En général, les réformes mises en œuvre en Afrique subsaharienne représentent environ 30 % des 231 réformes mondiales au cours de l’année; soit 69 réformes  ainsi  mises en place dans 35 de ces pays. Parmi ces réformes, 29 ont été mises en place par 14 des 17 membres de l’OHADA. La région s’est surtout distinguée sur l’indicateur de Raccordement à l’électricité en termes de réformes mises en place. Sur les 32 réformes à travers le monde sur cet indicateur, 14 ont été mises en place en Afrique subsaharienne, avec le Kenya (108 e)  et l’Ouganda (122e), ayant effectué des progrès remarquables dans ce domaine.

Toutefois, selon Rita Ramalho, Responsable du projet Doing Business, des efforts sont encore à faire notamment l’augmentation de la fiabilité de l’accès à l’électricité (130 jours en moyenne pour avoir un raccordement électrique et  environ 700 heures de coupure pan an), la fourniture d’ un système efficace de résolution des litiges commerciaux. Globalement, Maurice  pointe  au 32e  rang mondial grâce notamment à ses performances dans les dimensions de Payement des Taxes et d’Exécution des Contrats (seulement 152 heures pour un entrepreneur de payer ses taxes, comparé à la moyenne mondiale de 261 heures).

GENEVA AFRICAN HIGH-TECH COMMODITIES & HIGH NET WORTH INDIVIDUALS (HNWI) ROAD SHOW

Quoi? Exposition photos des 17 terres rares “high-tech” d’Afrique suivi des séminaires spécialisés sur: “Les opportunités d’affaires et d’entreprenariat sur les marchés africains des commodités

Où? Novotel Genève Centre 19, rue de Zurich Genève Suisse

Pogramme:

Jeudi 17 Mars 2016

— Les marchés africains des High Net Worth Individuals (Qui sont-ils? Où vivent-ils?)

— la Due Diligence et la gestion des risques dans les transactions sur les marchés africains

Vendredi 18 Mars 2016

— la défense et la protection des Brands des sociétés étrangères (suisses) en Afrique

— les marchés africains des terres rares (Qui produit quoi? Où et comment?